Entrez un sous-titre ici

Biopolymères et micro-organismes marins

Les Biopolymères sont des macromolécules produits par des êtres vivants (végétaux, algues, animaux, champignons, bactéries....) ; ils sont issus de ressources renouvelables et potentiellement biodégradables. De nombreuses industries s'y intéressent comme alternative aux polymères synthétisés chimiquement et issus de ressources fossiles.




Les micro-organismes marins une source exceptionnelle et 

méconnue de biopolymères


Les océans présentent de nombreux écosystèmes uniques et variés impliquant une très grande diversité des êtres vivants qui les colonisent. Les poissons, les coquillages et les crustacés sont les plus connus des organismes marins mais ne représentent qu'une petite partie de la vie marine. Parmi les « oubliés » des océans les micro-organismes marins ont été longtemps écartés des programmes de recherche si bien que de nos jours seule une infime partie d'entre eux est connue ; les expertises récentes montrent ainsi que moins de 5 % des bactéries marines ont été découvertes.

Un grand nombre d'écosystèmes marins offre des conditions de vie très particulières dites atypiques voire extrêmes. Pour coloniser ces habitats les micro-organismes sont obligés d'adapter leurs métabolismes ; ce qui se traduit souvent par la production de molécules fonctionnelles spécifiques totalement nouvelles par rapport à toutes celles qui ont été étudiées jusqu'alors. Ceci intéresse tous les secteurs industriels à la recherche de nouvelles molécules d'origine naturelle et de leurs applications potentielles dans les domaines des cosmétiques, de la santé, de l'agriculture et de l'aquaculture ou encore de l'environnement.

Actuellement, environ 30 % des actifs commercialisés dans le monde sont d'origine naturelle issues de plantes, d'animaux et de micro-organismes ; parmi ces actifs moins de 10 % sont issus d'organismes marins. Il en est de même pour les actifs produits par des micro-organismes qui ne concernaient encore récemment que très peu de souches marines.

Du fait de la grande diversité des écosystèmes marins et de leur investigation réduite ces derniers présentent donc un potentiel beaucoup plus important en tant que source de nouvelles molécules actives que les écosystèmes terrestres. Durant les 10 dernières années un déclin du nombre de nouvelles molécules découvertes à partir d'organismes terrestres a ainsi été constaté alors que celui des nouvelles molécules produites par des micro-organismes marins est en pleine expansion.